Jardinage

Le muguet, un brin symbolique


Il incarne le bonheur, la vie, la pureté, le renouveau et la joie. Emblématique du mois de mai et facile à cultiver, le muguet est aussi associé à la fête du travail.

Le muguet est aussi précieux qu’il est éphémère. Il fleurit entre fin avril et mi-juin, pendant 3 à 4 semaines, originellement dans les sous-bois. Aujourd’hui, sa production vient principalement de la région nantaise, qui représente 80 % de la production française. Les 20 % restants viennent de Bordeaux et de Saône-et-Loire, où des nouveaux cultivars sont mis au point. Par exemple le muguet à fleurs roses (moins florifère que le blanc et fleurissant souvent plus tard), le muguet à feuillage panaché… Certains muguets haut-de-gamme peuvent même présenter jusqu’à 20 clochettes mais c’est celui à 13 clochettes qui porte vraiment bonheur.

Le muguet, une vivace facile à vivre

Cette plante demande peu d’attention : juste un sol riche et bien drainé (allégé avec du sable si nécessaire), une exposition à l’ombre ou à la mi-ombre et à l’abri du vent. Elle est seulement sensible au sec.

À partir de ces conditions de culture, il n’y a qu’à attendre les premières clochettes blanches à l’odeur si caractéristique.

Elles pointent généralement dès les derniers jours d’avril ou les premiers de mai.

Un geste à perpétuer

Offrir du muguet représente un geste simple de reconnaissance et de partage. Idéalement, le brin s’offre le 1er mai, jour de la fête du travail. « C’est le seul produit en vente libre en France, note Marc Guéguen, responsable marketing et développement chez Truffaut. Évitez cependant les vendeurs à la sauvette qui vendent du muguet sans racines.

Préférez l’achat d’un muguet avec racines, ou mieux encore, sa culture dans votre jardin ou sur votre balcon ». Car s’il est présenté en composition ou associé à une rose dans les commerces de fleurs et les jardineries, pariez surtout sur la simplicité : l’élégance de quelques brins offerts avec un sourire suffit.

L’offrir… et le replanter !

Un muguet avec racines pourra être replanté pour créer votre culture de muguet annuelle personnelle. Dès que les fleurs sont fanées, ou en automne quand ses baies rouges sont finies, placez les brins en pleine terre ou en potée, tous les 10 centimètres, en séparant délicatement ses griffes. Puis arrosez et paillez pour conserver la fraîcheur du sol. « Pour une plantation en pot, conseille-t-on chez Ernest Turc, plantez 3 à 5 griffes dans des pots de 10 cm de diamètre, placez-les à l’obscurité pendant plusieurs semaines en arrosant régulièrement, puis rentrez-les progressivement à la lumière à 16-18°C : les muguets fleuriront 3 semaines après ».

Tous les 3 à 5 ans, divisez-les pour rajeunir votre muguet. Comme il est tapissant (il se multiplie rapidement par rhizome), il poussera et se multipliera : « laissez-vous envahir par le bonheur, et quel parfum enivrant !, conclut Marc Guégen. Votre seul challenge, en lien avec le dieu Météo, sera alors de réussir à l’avoir fleuri pour le 1er mai ! ».

Attention poison !

L’ensemble de la plante se révèle très toxique, voire mortelle. Pour que le muguet porte-bonheur ne devienne pas porte-malheur, plantez-le là où les animaux, notamment les chats, et les enfants ne pourront l’atteindre sans surveillance.

Notons cependant qu’en médecine et en phytothérapie, le muguet est utile pour des problèmes cardiaques et diurétiques entre autres.

Un peu d’histoire… 1560 : le début d’une tradition

Le muguet vient du Japon et a été introduit en France au Moyen Âge. En 1560, le chevalier Louis de Girard de Maisonforte offre un brin de muguet au jeune roi Charles IX, fils de Catherine de Médicis, alors âgé de 10 ans. Très touché par ce geste, le jeune garçon décide d’en faire de même et offre un brin de muguet aux dames de la cour, avec cette maxime : « Qu’il en soit fait ainsi chaque année ». La tradition est née et elle perdurera tout au long de sa vie, soit jusqu’en 1574. Ensuite, ce rituel tombe dans les oubliettes, avec quelques aléas…

Dans les années 1900, un grand couturier parisien organise une fête avec les petites mains de son atelier, dans le bois de Chaville en région parisienne. Il offre alors un brin de muguet à chacune des ouvrières, et l’une d’entre elles décide d’offrir à son tour un brin de muguet aux personnes de son entourage. En région parisienne, c’est le début de la popularité du fameux brin de muguet. Avec une conséquence : les bois des environs sont dévalisés car les gens arrachent tous les brins !

Mais le muguet est associé pour la première fois, en 1889, à la fête du travail. Ce n’est pourtant qu’au XXe siècle, en 1936 exactement, que celle-ci devient un symbole fort avec l’arrivée des congés payés : le muguet est, depuis, associé à ce jour.

Claire Lelong-Lehoang


Crédits des visuels : Muguet 1 et 2 : ©Ernest Turc Muguet 3 : ©Truffaut


Video: 1er mai 2020: le muguet sera au rendez-vous? (Octobre 2021).